Jean Dony Dona - JPP- Ti LaRi a

Jean Dony Dona – JPP- Ti LaRi a

A propos de l'artiste +

Ceux sont aux prémisses de l’année 2012 que nos routes se sont croisées avec Dony. Il avait alors quinze ans à cette époque.

C’est à l’âge de sept ans, suite au décès de sa maman que Dony ” JPP – Ti moun Lari a” prend son envol du domicile familial, plutôt que de subir les violences répétées et effrénées de son père toxicomane.

Fougueux, malin et fort de caractère, malgré son jeune âge et l’absence de diplôme, Dony est déterminé à faire entendre sa voix, coûte que coûte, au nom de tous ceux qu’il souhaite représenté, celle des enfants laissés pour compte, livrés à eux-mêmes, « vieux » avant l’âge, dont la notion d’enfance est à peine concevable !

Ballotté de programmes en programmes après le cataclysme du 12 janvier 2010, de foyers en foyers, de centres d’accueil en écoles, TiLaRi cherche une façon pour se construire un avenir, dans la mesure du possible. Déjà trop âgé pour une ré-insertion et formation dite traditionnelle, il rencontre de très grosses difficultés face à l’apprentissage scolaire. C’est dans un garage de fortune aux abords du cimetière de Port-au-Prince, qu’il apprendra quelques notions de mécanique automobile, auprès d’un “boss”, comme on les appelle là-bas. Dès qu’il le peut, il emprunte une motocyclette ou une voiture et tente d’en maîtriser la conduite. Son rêve : devenir chauffeur ou chanteur.

Lè pawol la- Ti LaRi – Jan’l Pase Pase !

Quand le micro est donné à un enfant des rues …
Ti LaRi dénonce à sa façon, tant bien que mal, la violence qu’il subit chaque jour depuis plus de 10 ans. Non considérés, rébus de la société, instrumentalisés parfois, les enfants des rues n’auraient donc ils aucune perspective d’avenir ?

Les problèmes et les phénomènes dont pâtissent encore trop d’enfants dans ce monde sont bien réels, que ce soit en Haïti, ou dans d’autres pays.

“Parce que nous ne sommes pas nés sous la même étoile” !

Sans chercher à faire du misérabilisme ou même entrer dans une forme de drama, l’histoire de Dony apparaît comme un simple témoignage d’une rencontre avec un jeune qui aspire uniquement à un jour meilleur. Malheureusement, son histoire n’apparaît pas singulière pour un pays comme Haïti (…)

Ici, la musique s’apparente à un catharsis, à un catalyseur de souffrance et à un moteur d’espoir.

“L’Art, la Culture et la formation comme vecteur de développement humain, social et économique” – Ann gade pi lwen

Pour de plus amples informations, n’hésitez pas à nous contacter à l’adresse suivante : contactkasav@gmail.com

Videos -