La Rasin World Music

Rapide historique du mouvement« Rasin »

 Les prémisses de la musique Rasin se manifestent discrètement au début des années 50’s avec les premières tentatives et expérimentations dIssa El Saieh et de ses acolytes Ti Roro, Tido, Thurgot Théodat, Bonga, Claude Vendrisse et Joe Trouillot, pour ne citer qu’eux.

 

Puiser dans la musique vaudou traditionnelle haïtienne, la Rasin Music s’inspire de rythmes traditionnels comme le rara et le folklore.

 

 

Ré-explorée, l’ajout de nouveaux instruments “amplifiés” tels que la batterie, la guitare électrique, le saxophone ou encore le clavier vient donner une dimension innovatrice dans la musique haïtienne, impulsant un nouveau mouvement. Propositions progressistes, tentatives expérimentales motivées par la contestation, par une volonté de préserver un Patrimoine et une Culture, de résister tout en évoluant avec son temps et son environnement …

Pour vraiment comprendre les origines de ce genre,  un retour sur l’Histoire d’Haïti est essentielle. En 1986 Jean-Claude Duvalier est chassé du pouvoir, l’avènement de Jean-Bertrand Aristide en 1990 est vécu par les haïtiens comme une formidable espérance, celle de pouvoir enfin revivre librement (…). Cette liberté nouvelle est rapidement exploitée dans le courant musical  Rasin qui peut désormais s’offrir le luxe de s’inspirer de ses racines.

Ce mouvement caribéen pourrait être comparé au mouvement “Punk” d’Europe. Activiste, alternatif, conscient, comme lui, il s’appuie sur divers types d’idéologies, de modes et de formes d’expression culturelles abordant des thématiques sociales, politiques et identitaires.

Notons au passage que c’est notamment grâce à cette nouvelle vague musicale que le Tambour est mis à l’honneur et introduit comme instrument noble, dans le secteur musical (du moins caribéen).

Azor

On retrouve dans la musique Rasin la combinaison caractéristique du Vodou, à savoir :

les rythmes, les danses, les chants et parfois même quelques scénographies. La musique Rasin rend compte d’une interculturalité et exprime les souffrances d’une réalité historique et sociale. Elle est aussi le miroir de l’inlassable puissance et force de vie du peuple haïtien.

 

L’apparition soudaine de cette tendance nouvelle connaîtra un vrai succès populaire et influencera notamment la naissance du mouvement Konpa. Elle stimulera la fusion entre tradition et modernité (Tradènité*), spécifiquement avec le groupe Zeklè de Joel Widmaier (Fusion Jazz/Konpa) à la fin des années 80, mais pas seulement …

Les précurseurs du Rasin :

  • 1970’s :  Sanba Yo avec Aboudja (Initiateur du Vodou/Jazz)
  • 1988 : Boukman Eksperyans fait son entrée avec son titre phare : « Kè m pa sote » et connaît son premier réel succès. C’est une explosion musicale !
  • 1990’s : Naissance de Boukan Guinen (avec Eddy François) et du groupe RAM (avec Richard et Lunise Morse).

En 1987 puis en 1996, la participation de différents acteurs du mouvement au Festival de Jazz International de la Nouvelle-Orléans permettra à ce mouvement musical de s’expatrier et de s’ouvrir vers d’autres horizons.

Petite didascalie

Le vodou est une composante indéniable et incontournable de l’identité culturelle haïtienne. Il fait partie intégrante du patrimoine à la fois tangible et intangible dont la plupart des préceptes, des principes et des connaissances se transmettent de génération en génération, via l’oralité.

Marc Andal, Bois Caïman, Boukman, voici quelques grands noms de figures emblématiques ou d’évènement qui ont influencés l’Histoire d’Haïti.

Par ignorance, le vaudou est souvent stigmatisé et dévalorisé, voire même refoulé. « Magie, diable, sorcellerie, … ». Autant de qualificatifs lui sont souvent affublés. Phénomène compréhensible si l’on prend en compte toutes ces composantes négatives qui lui sont attribuées. Mais malheureux car son rejet limite d’une certaine manière la reconnaissance et l’appartenance identitaire d’un peuple, d’une Nation, d’une Histoire et de ses racines.

Quel jeune d’aujourd’hui en Haïti connaît réellement l’Histoire de son pays ?

Préoccupation qui ne laisse pas indifférent une bonne partie notamment des acteurs et professionnels de la Culture et de l’enseignement.

Fiers de leurs origines et sensibles à la bonne compréhension de leur identité-culture, certains se sont proposés d’offrir un autre cadre de références traditionnelles et identitaires, à travers différentes approches de transmission, telle que la musique, les arts, la recherche, …

On peut effectivement appréhender le vaudou sous une forme pluridimensionnelle, à savoir sous un angle historique, culturel, esthétique, folklorique, sociologique, religieux, … Il ne fait pas sans dire que le vaudou peut être perçu et abordé sous différents aspects.

Soucieux de la préservation, de la valorisation et de la promotion de ces traditions, K.A.S.A.V se veut participer à cet élan collectif de soutenir ce nouveau souffle d’innovations et de propositions positives.

Quelques artistes et groupes ” Rasin ” actuels :

  • RAM
  • Boukman Eksperyans
  • Chouk Bwa Libète
  • Lakou Mizik
  • Vodou La
  • Rasin Mapou
  • Swid Djakata
  • Danti Wello Guinen d’Haïti
  • Asakivle
  • Ganga
  • Chaynanm
  • Katabou
  • et bien d’autres encore …

Aude Jeanne HULOT (Nana)
Kolektif Art Street Ayiti Vizyon (K.A.S.A.V)
contactkasav@gmail.com /  (+33) 6 28 70 81 94
www.artstreetvizyonayiti.org