7 avril 2016 – Commémoration du 213° anniversaire de la mort de Toussaint Louverture

 Toussaint Breda

« Frères et amis. Je suis Toussaint Louverture ; mon nom s’est peut-être fait connaître jusqu’à vous. J’ai entrepris la vengeance de ma race. Je veux que la liberté et l’égalité règnent à Saint-Domingue. Je travaille à les faire exister. Unissez-vous, frères, et combattez avec moi pour la même cause. Déracinez avec moi l’arbre de l’esclavage. »

(29 aout 1793)


Né le 20 mai 1743 sur l’habitation Bréda aux environs du Cap Haïtien sous le nom de François-Dominique Toussaint, ce personnage emblématique s’éteindra dans des conditions terribles, au Fort de Joux, à la Cuise-et-Mijoux en France.

Ce 7 avril 2016,  un hommage et devoir de mémoire s’imposent  …

Résumé rudimentaire sur Toussaint Louverture :

Reconnu comme étant le premier leader Noir à avoir vaincu les forces d’un empire colonial européen dans son propre pays, en Haïti, Toussaint Louverture appartient aux grandes figures historiques du monde créole, de la Caraïbe, du mouvement anticolonialiste et abolitionniste de l’émancipation des Noirs.

Toussaint joue un rôle fondamental et inhérent en tant que chef de la Révolution haïtienne, de 1791 à 1802.

Dès son plus jeune âge, il devient progressivement le protégé du gérant Bayon de Libertad, qui pour des raisons que l’on ignore, lui permet d’apprendre à lire et à écrire. D’une force mentale incommensurable, proche de la nature, observateur et naturaliste, Toussaint recèle de nombreuses qualités et sensibilités. Il est dit qu’il maîtrisait également la médecine par les plantes et l’art de la cavalerie.

En août 1791, les esclaves de la plaine du Nord se révoltent suite à la cérémonie de Bois-Caïman. Reconnu également sous le nom de Toussaint Breda, il aurait été proclamé “homme affranchi” entre 1760 et 1770. Au cours de son parcours, il sera initié à l’art de la guerre par les militaires espagnols. Mais son talent n’était pas que militaire. Partout où il passait, il confirmait l’émancipation des esclaves. Il organisait la remise en marche des plantations en invitant les colons à revenir, y compris ceux qui avaient combattu contre la République, et ce, malgré l’avis des représentants de l’autorité française.

On observe, sous le primat de Toussaint Louverture, la restauration de nombreux « symboles » de l’Ancien régime. Toussaint Louverture s’était entouré, d’après l’historien M. Gainot, d’une cour où l’étiquette était de rigueur. Les Blancs étaient nombreux à y participer. Certaines mesures prises par Toussaint marquent également une restauration des « valeurs morales ». Les émigrés, ces planteurs blancs ayant fuit la Révolution, sont rappelés afin, assurait Toussaint, de bénéficier de leurs compétences techniques.

Trop progressiste pour Bonaparte, trop réactionnaire aux yeux des cultivateurs, le régime de Toussaint Louverture ne semble satisfaire personne, à l’exception de la nouvelle élite de militaires de couleur, grande bénéficiaire du nouvel ordre. C’est finalement dans une certaine indifférence que le , en dépit des promesses faites en échange de sa reddition, Toussaint Louverture — ainsi qu’une centaine de ses proches — est déporté en France : il est embarqué avec sa famille sur la frégate la Créole et est transbordé au large du Cap-Haïtien sur le Héros. Enfermé au fort de Brest le 14 juillet 1802, il est transféré huit jours plus tard avec son fidèle serviteur Mars Plaisir au fort de Joux où il meurt dans de douloureuses souffrances le , après un hiver toujours rude dans le Doubs.

Il faut attendre la fin de la Révolution haïtienne pour que l’œuvre amorcée par Toussaint Louverture trouve son aboutissement, et qu’il soit érigé pour la postérité en héros national haïtien. En effet, c’est son ancien lieutenant Jean-Jacques Dessalines qui proclame l’indépendance de la République le .

« 

En me renversant, on n’a abattu à Saint-Domingue que le tronc de l’arbre de la liberté, mais il repoussera car ses racines sont profondes et nombreuses

 ». Ces mots sont ceux qu’aurait prononcés Toussaint Louverture, le 7 juin 1802.

Le devoir de mémoire et de transmission sont des bases indéniables à ne pas négliger. Connaître son Histoire pour mieux se connaître, comprendre le présent, envisager l’avenir, établir des références, entretenir des valeurs et encrer des repères pour tenter de ne pas reproduire les mêmes erreurs passées et se sur-passer.

Quelques liens complémentaires  :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Toussaint_Louverture#/media/File:Acte_%C3%A9crit_de_Toussaint_Louverture_contre_l%27insurrection_de_1801.jpg

http://www.jesuismort.com/biographie_celebrite_chercher/biographie-toussaint_louverture-2641.php

http://dynastyhaiti.com/toussaint-louverture-joumarapking/

 http://www.rfi.fr/emission/20120818-toussaint-louverture-france-2-rediffusion

http://www.vodeo.tv/documentaire/toussaint-louverture-le-napoleon-noir

http://blog.tikaf.com/decouvrir-traite-negriere-esclavage-marronnage-tikaf/monuments-memoriaux-traite-negriere-esclavage-marronnage-tikaf/le-buste-de-toussaint-louverture-a-bordeaux-quai-de-queyries/


Array